Mégalithes de légende

Mégalithes de légende

Monuments mégalithiques, dolmens, menhirs, mégalithes...

Publié le par Rubis
Publié dans : #Dolmens

Classé MH le 26 novembre 1929, les restes de la table de ce dolmen fait quatre mètres de long et trois mètres de large.

La chambre faisait cinq mètres de long et deux mètres de large.

Il a été fouillé en 1901 par Marcel Beaudouin et Georges Lacouloumère.

Parmi ce qu'ils découvrirent, il y avait un bloc de calcaire du Lias qui avait été déposé volontairement dans la chambre et qui portait la marque d'un fossile de poisson.

Il avait deux menhirs satellites encore debout à l'époque des fouilles de Marcel Beaudouin, l'un au nord, l'autre à l'est.

Ils apparaissent tous deux sur des vieilles cartes postales mais je ne les ai pas trouvés lors de mon dernier voyage.

Dolmen des Pierres Folles des Fontenelles ou du Plessis, Le Bernard
Dolmen des Pierres Folles des Fontenelles ou du Plessis, Le Bernard
Dolmen des Pierres Folles des Fontenelles ou du Plessis, Le Bernard
Dolmen des Pierres Folles des Fontenelles ou du Plessis, Le Bernard
Dolmen des Pierres Folles des Fontenelles ou du Plessis, Le Bernard
Dolmen des Pierres Folles des Fontenelles ou du Plessis, Le Bernard
Dolmen des Pierres Folles des Fontenelles ou du Plessis, Le Bernard
Dolmen des Pierres Folles des Fontenelles ou du Plessis, Le Bernard
Dolmen des Pierres Folles des Fontenelles ou du Plessis, Le Bernard
Dolmen des Pierres Folles des Fontenelles ou du Plessis, Le Bernard
Dolmen des Pierres Folles des Fontenelles ou du Plessis, Le Bernard
Dolmen des Pierres Folles des Fontenelles ou du Plessis, Le Bernard
Dolmen des Pierres Folles des Fontenelles ou du Plessis, Le Bernard

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Dolmens

Découvert en 1903 par le docteur Marcel Baudoin sur une précision d'un de ses collaborateurs, le dolmen de l'Echaffaud du Plessis fut fouillé et restauré l'année suivante avec Georges Lacouloumère.

Aucune légende n'entourant ce dolmen, il a échappé à l'attention de l'abbé Ferdinand Baudry.

Son nom ne proviendrait pas de cet instrument si souvent utilisé notamment pendant la Révolution mais d'un vieux mot français Chaffaud qui signifierait Haute plate forme.

Lors de sa découverte, le dolmen était encore à moitié enterré dans son tumulus.

Les vieilles photos noir et blanc illustrant mon article proviennent de la publication de Marcel Baudoin et Georges Lacouloumère,

Le dolmen de l'Echaffaud du Plessis au Bernard (Vendée), découverte, description et fouille, parue en 1905.

Le dolmen est ce que l'on appelle Dolmen en Crapaud et est composé de granulite.

De forme quadrangulaire, la table mesure trois mètres de long, de deux mètres quarante à deux mètres soixante de large et de quarante-cinq centimètres à cinquante-cinq centimètres d'épaisseur.

Son poids est estimé à neuf tonnes.

La table reposait encore sur un orthostate et deux gisaient soit dessous la table, soit à côté.

L'orthostate du nord mesure un mètre quatre-vingt-dix de haut, un mètre vingt de large et trente centimètres d'épaisseur.

L'orthostate du sud mesure un mètre quatre-vingt-dix de haut, un mètre de large et de vingt à cinquante centimètres d'épaisseur.

Il n'y a pas d'indication concernant le troisième orthostate. L

a table devait être supportée par cinq ou six piliers.

D'autres blocs entouraient le dolmen mais étaient des pierres rapportées des champs, peut-être des pierres mégalithiques mais appartenant, à ce moment-là, à un autre monument.

Le dolmen repose sur un sol granulite alors que tous les autres monuments de cette commune reposent sur un sol calcaire.

Aujourd'hui, ce dolmen a été à nouveau bouleversé.

Une partie a servi au remembrement avant les années 1960 et quant au reste, voyez les photos...

Y furent découverts : fragments d'os humains, ossements d'animaux, poteries, fragments de charbon, deux bifaces...

Plus de précisions sur la fouille et la restauration menée par Marcel Baudoin : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0037-8984_1905_num_6_1_9691 

Plus de précisions sur les bifaces : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1970_num_67_6_4246

Dolmen de l'Echaffaud du Plessis, Le Bernard
Dolmen de l'Echaffaud du Plessis, Le Bernard
Dolmen de l'Echaffaud du Plessis, Le Bernard
Dolmen de l'Echaffaud du Plessis, Le Bernard
Dolmen de l'Echaffaud du Plessis, Le Bernard
Dolmen de l'Echaffaud du Plessis, Le Bernard
Dolmen de l'Echaffaud du Plessis, Le Bernard

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Menhirs

Les menhirs du Plessis étaient au nombre de trois et il en reste encore deux intacts et debouts.

Ils ont d'abord été décrits par L. Aude en 1840 et certainement vingt ans plus tard par l'Abbé Baudry.

Ils étaient disposés en triangle.

En 1935, le docteur Marcel Baudoin émet l'hypothèse (après les avoir déjà étudiés en 1904) que les trois menhirs formaient une enceinte.

Deux enceintes étaient alors reconnues, les cromlechs de forme circulaire et les enceintes carrées très répandues en Bretagne.

Les menhirs du Plessis auraient formé un nouveau genre d'enceinte en forme triangle que Marcel Baudoin a nommé "Trigone".

Pour lui, ces menhirs représentaient des statues et au milieu, du triangle, il pensait sérieusement qu'il devait y avoir quelque chose, à son époque déjà disparu : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1935_num_32_10_6037

Menhir A :

C'est le plus grand des trois et celui le plus au nord.

Composé de granit, il mesure 7,50 mètres de haut.

Il a été redressé en 1978.

On a pu redécouvrir ses blocs de calage lors d'une fouille.

Menhirs du Plessis, Le Bernard
Menhirs du Plessis, Le Bernard
Menhirs du Plessis, Le Bernard
Menhirs du Plessis, Le Bernard
Menhirs du Plessis, Le Bernard
Menhirs du Plessis, Le Bernard
Menhirs du Plessis, Le Bernard
Menhirs du Plessis, Le Bernard
Menhirs du Plessis, Le Bernard

Menhir B :

Il mesure 3,60 mètres hors du sol.

De granit tout comme son collègue A, il était entouré de trois petites statuettes anthropomorphes presque "collées à lui".

Le docteur Marcel Baudoin ne les avait pas remarquées lors de sa première étude en 1904 car elles étaient encore enfouies.

En 1937, il les a reconnues comme des "hommes-oiseaux" mais remarque surtout qu'elles sont toutes les trois de tailles différentes exactement comme les trois menhirs eux-mêmes !

Il fait donc le parallèle mais ne donne pas plus d'explication.

Mais depuis, ces statuettes ont été décapitées et ont disparu (elles dorment peut-être tranquillement dans le grenier d'une maison voisine...).

Elles ont été découvertes par un autre archéologue de Fontenay-le-Comte, M. Guérin.

Menhirs du Plessis, Le Bernard

Menhir C dit aussi "Pierre Folle" :

Il était situé à 100 mètres du plus grand.

C'était le plus petit et a perdu sa fonction de menhir depuis 1860. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1907_num_4_1_11517

Menhirs du Plessis, Le Bernard
Menhirs du Plessis, Le Bernard

C'est le seul puits que j'ai trouvé dans le village du Plessis. Si vous en connaissez un autre (uniquement au Plessis), merci de me le signaler en cliquant sur "contact".

Un pierre fichée située le long de la rue du dolmen de l'Echaffaud, toujours au Plessis ! Peut-être un autre menhir ou partie d'un mégalithe ?

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Mégalithes
Pierres folles de la Serrée, Le Bernard

Je n'ai pas trouvé ces pierres car la ferme de la Serrée est une propriété privée.

Elles sont au centre d'un triangle formé par les dolmens de Savatole, La Frébouchère et les pierres Folles de Fontenelles ou du Plessis.

A première vue, on dirait de petits menhirs de moins d'un mètre.

Pierres folles de la Serrée, Le Bernard

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #cairns, #Dolmens

Non classé MH (mais qu'attendent-ils ?), cet important tumulus fut fouillé et édudié en 1860 par l'abbé Ferdinand Baudry. A son époque, le monument mesurait encore trente mètres de long, de sept à vingt mètres de large et trois mètres d'épaisseur. Il avait déjà subi des maltraitances humaines dans une quête vaine de trèsor. Une partie de ses murs fut détruit par l'utilisation de boeufs et de câbles ! Il possédait encore dans ses flancs une allée couverte de vingt mètres de long, comparable à celle de Gavrinis dans le Morbihan ! Les fouilles de l'abbé Baudry n'étaient pas les premières, d'autres avaient eu lieu avant, officielles ou clandestines Le docteur Marcel Baudouin s'y intéressa peu, se contentant simplement de le photographier. En 1976, Claude Burnez le croyait disparu. En fait, Roger Joussaume l'avait retrouvé dans les années 60 sous un enchevêtrement inextricable de végétation mais le monument avait encore souffert de maltraitances humaines depuis les photos de Marcel Baudoin. Il subit les Allemands lors la deuxième guerre mondiale en devenant une plate-forme entourée de trois block-haus mais aussi les habitants du hameau voisin, Fontaine !!!!! Roger Joussaume et son équipe le fouillèrent et le restaurèrent de 1987 à 1992. Pendant six campagnes, le cairn reprit des formes. Les pierres du dolmen décrites cent vingt ans par l'abbé Baudry apparurent mais complètement bouleversées. A l'origine, le tumulus était composé de trois parements de pierres et contenait certainement trois dolmens. Il mesurait quarante mètres de large et les couloirs des dolmens étaient parallèles. L'abbé Baudry y découvrit : ossements d'animaux, dent humaine, tessons de poterie... Avant lui, lors de fouilles officielles, on y découvrit : tessons de pots, débris de cendre, charbon, ossements humains très petits, pierres tranchantes en forme de glaive... Roger Joussaume et son équipe y découvrirent : - Mésolithique : racloirs, pointes moustériennes, pièces microlithiques... - Néolithique : tessons de poteries en grande quantité... - Gaulois : céramique... - Romain : verreries, parures, monnaies... - Moyen-Âge : bâtiment... Les légendes racontent : - que des sorciers venaient y faire leur cérémonie mais toujours dans le but d'y trouver des trésors. - que les fradets étaient les gardiens des lieux. Explications sur les fouilles, les schémas et plus de détails sur le mobilier trouvé : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/galip_0016-4127_1999_num_41_1_2358 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/galip_0016-4127_1999_num_41_1_2356

Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard
Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard
Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard
Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard
Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard
Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard
Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard
Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard
Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard
Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard
Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard
Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard
Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard

Il n'y a plus rien à dire, les taggueurs sont passés par là...

Les dolmens :

Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard
Cairn et dolmens du Pey (ou Pé) de Fontaine ou de l'Anguillé, Le Bernard

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Dolmens

Ce monument est de type angevin et classé monument historique depuis 1889.

Il a été lui aussi fouillé par l'abbé F. Baudry mais un des propriétaires suivant vers 1905 refusa dans un premier temps que le docteur Marcel Beaudoin et M. Georges Lacouloumère y fassent des fouilles avant de se réviser.

La table mesure trois mètres quatre-vingt de long et deux mètres quatre-vingt-dix de large.

Elle est soutenue par sept orhtostates dont quatre sont encore en place (les autres ont servi à faire la route).

Cette table est une magnifique pierre à cupules qui a été enfin étudiée en 1916 par M. Beaudoin.

Il a compté trente cupules réparties surtout sur un côté de la pierre.

Il en a déduit que celles-ci étaient antérieures à la construction du dolmen : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0037-8984_1916_num_7_1_8770

Les légendes qui l'entourent : des sorciers viennent lui rendre visite les nuits d'hiver, les moissonneurs se mettent dessous en été pour déjeuner et il y a un trésor caché !

Les pierres proviendraient d'un site situé sur la commune d'Avrillé et sont faites de granulite.

Il semblerait qu'il y ait encore des traces du tumulus.

Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard
Dolmen de la Cour(t) du Breuil ou du Breuil ou de la Pierre Levée, Le Bernard

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Allées couvertes

Le post sera certainement republié en vue d'infos complémentaires.

Ce dolmen est un peu la vedette de la commune par ses proportions.

Son tumulus mesurait cent mètres de long et soixante-cinq mètres de large(http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1952_num_49_1_8020).

Il est à classer parmi les dolmens angevins à portique.

Attention à ne pas le confondre avec deux des Savatole aussi appelés "allée couverte du Terrier de la Frèbouchère" et "dolmen du Terrier de la Frébouchère" !

En 1875, la table est cassée en deux par un éclair.

Elle était soutenue par plus de dix orthostates dont neuf encore sont encore intacts (sept sont en granit et deux sont en grès).

Elle mesure neuf mètres de long et cinq mètres cinquante de large.

Elle pèse presque quatre-vingt-dix tonnes.

Le dolmen fut restauré et étudié par l'abbé Ferdinand Baudry mais aussi par le docteur Marcel Beaudoin entre 1900 et 1910.

Il a été classé monument historique en 1899 comme pas mal de ses congénères du coin !

Il faisait partie de ferme de la Frébouchère aujourd'hui disparue et doit son appellation au Dr Gruet.

La parcelle de terrain où il se situe se dénomme "Champ de l'Aire".

La chambre funéraire, qui était certainement divisée, fait 7,20 mètres x 3,50 mètres x 2 mètres.

Un petit pilier sous la table, à droite en entrant, laisse penser qu'il y avait une sorte de vestibule mais certains affirment qu'il a été placé là lors d'une de ses phases de restauration.

A l'entrée se trouve un portique dont il ne reste que les deux pierres de chaque côté.

La troisième barre du trilithe a disparu ou gît peut-être par terre parmi d'autres pierres.

Il a servi de bergerie à une époque.

Les fées et/ou les farfadets sont responsables de la construction du monument. Ils y font des cérémonies la nuit. A une époque, ils auraient même lancé une malédiction sur les animaux de la ferme de la Frébouchère. Les terres ont été ainsi vendues et les maisons rasées !

Parmi ses seize menhirs satellites, on peut citer le menhir des Ouches, le menhir du Bois (tous deux sur la commune du Bernard), celui de la Mancellière couvert de cupules et qui se trouvait sur la commune d'Avrillé. On pense que ce dernier est porté disparu alors qu'il est peut-être dans un jardin ou dans un coin de champ.

Ces menhirs servaient de "panneaux indicateurs" pour les tumuli ou certaines sources.

Le docteur Marcel Baudoin, archéologue et membre de la société préhistorique de France a émis l'hypothèse que ces menhirs étaient disposés à des endroits voulus, en rapport avec les phases principales du soleil et qu'ils représentent de cette manière le dieu du soleil.

Schéma explicatif de la position des menhirs en page 2010 du document : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1913_num_10_4_6867

Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard
Allée couverte de la Frébouchère, Le Bernard

Scanné des Antiquités celtique du Bernard, par l'abbé Ferdinand Baudry.

Scanné des Antiquités celtique du Bernard, par l'abbé Ferdinand Baudry.

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Menhirs

Pierre située dans l'entrée du camping Les Mancellières

Le menhir de la Mancellière, dont on ignore s'il existe toujours, a longtemps été considéré uniquement comme un menhir satellite du dolmen de la Frébouchère, au Bernard, commune voisine, avant de découvrir à sa surface des rainures et des cupules !

Découvert en 1862 par l'abbé Ferdinand Baudry, c'est le docteur Marcel Baudouin qui a observé ses autres fonctions de polissoir et pierre à cupules.

Il y a quarante-quatre cupules séparées en trois groupes et situées au sommet, au milieu et à la base du menhir. Plus d'informations sur les cupules : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1913_num_10_8_6940

Pierre située à moins de cinq cents mètre du hameau La Mancellière.

Menhir de la Mancellière, Avrillé
Menhir de la Mancellière, Avrillé

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Menhirs

Ce petit menhir a été découvert par Georges Béneteau en juin 1988 et fait l'objet d'un article partagé dans le bulletin n° 21 de 1989 du Groupe Vendéen d'Etudes Préhistoriques.

Il se trouve sur les parcelles cadastrales dites de Petite Garne et de Grande Garne, ce qui laisse supposer qu'il y avait un alignement de menhirs, comme le mentionnait le docteur Marcel Baudouin.

La pierre faite de granit mesure hors sol 0,90 mètre, est large d'un mètre trente et est épaisse de 0,80 mètre.

M. Béneteau se posait la question si cette pierre ou une autre qui a donné le nom de "Petite Garne".

La pierre sur la photo n'est peut-être pas ce menhir mais se trouve dans le même secteur.

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Menhirs

Tout comme l'alignement des Franches Boisières, ce menhir a été indiqué et étudié par Gérard Béneteau et Roger Jousseaume en 1987.

Un article a été publié dans le bulletin n° 21 de 1989 du Groupe Vendée d'Etudes Préhistoriques.

La pierre couchée faite de granit mesure trois mètres cinquante de long, trois mètres quinze de large et est épaisse entre un mètre quatre vingt et deux mètres.

Ce mégalithe mériterait d'être nettoyé, redressé et d'être classé monument historique !

Menhir du Bois de la Garde, Avrillé
Menhir du Bois de la Garde, Avrillé
Menhir du Bois de la Garde, Avrillé
Menhir du Bois de la Garde, Avrillé

A une dizaine de mètres du menhir, un autre bloc plus petit et lui aussi recouvert de feuilles et de mousse :

Menhir du Bois de la Garde, Avrillé
Menhir du Bois de la Garde, Avrillé

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Alignements

Cet alignement de quatre menhirs est indiqué sur le cadastre de 1829, section A feuille 5, parcelles 962 et 948.

Trois des menhirs se trouvaient le long de cette haie.

Ils m'ont été indiqués par le très sympathique propriétaire du champ qui a eu l'extrême amabilité de montrer les endroits exacts fouillés par Gérard Béneteau et Roger Jousseaume en 1989.

Le docteur Marcel Beaudoin en connaissait apparemment l'existence.

Des fouilles ont été entreprises au niveau de l'emplacement des trois menhirs pré-cités par M. Béneteau et son équipe.

Il avait pensé que les menhirs avaient fini dans la construction de la ferme des Franches Boisières.

Certaines pierres lui laissaient supposer car elles étaient différentes des autres matériaux de construction de la ferme.

L'emplacement du quatrième n'a même pas été fouillé.

Un article a été publié en 1989 dans le bulletin n° 21 du Groupe Vendée d'Etudes Préhistoriques.

Emplacement du deuxième menhir.

Restes probables du troisième d'après M. Béneteau et le propriétaire.

Alignement des Franches Boisières, Avrillé
Alignement des Franches Boisières, Avrillé

L'emplacement du quatrième menhir le long de la haie.

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Menhirs

Classé MH en 1889, ce menhir mesure neuf mètres de circonférence et quatre mètres trente de haut.

Dans son voisinage proche, se trouvait un autre menhir qui a disparu sous les coups des tailleurs de pierres tout comme les pierres de Bel Air.

Seul rescapée, la pierre branlante de la Cornetière située à mille mètres près de la rivière.

Le champ où se trouve le menhir était un lieu de rendez-vous pour les loups-garous et les garaches.

Menhir de Beaulieu ou de la Pièce du Rocher, Avrillé
Menhir de Beaulieu ou de la Pièce du Rocher, Avrillé
Menhir de Beaulieu ou de la Pièce du Rocher, Avrillé
Menhir de Beaulieu ou de la Pièce du Rocher, Avrillé
Menhir de Beaulieu ou de la Pièce du Rocher, Avrillé
Menhir de Beaulieu ou de la Pièce du Rocher, Avrillé
Menhir de Beaulieu ou de la Pièce du Rocher, Avrillé
Menhir de Beaulieu ou de la Pièce du Rocher, Avrillé
Menhir de Beaulieu ou de la Pièce du Rocher, Avrillé
Menhir de Beaulieu ou de la Pièce du Rocher, Avrillé

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Pierres branlantes

Classée MH dès 1889, la Pierre Branlante du Grand Jardin ou de la Cornetière n'est plus visible puisque les propriétaires en interdisent l'accès.

Elle mesure un mètre soixante-quinze de haut.

La base semble être naturelle alors que la pierre du haut a dû être placée par la main de l'homme.

Le sommet de la pierre branlante représente la tête d'un animal fantastique.

C'est ce que pensaient ses visiteurs au début des années 1900.

Apparemment, il y a quelque chose de similaire dans l'île d'Yeu.

Une cupule a été faite au temps néolithique.

Elle a été découverte en 1927 par le docteur Marcel Baudouin.

Elle mesure soixante millimètres de large et vingt millimètres de profondeur.

La légende raconte qu'une Dame Blanche viendrait laver son linge tout près de cette pierre, dans un endroit appelé Casse de la Dame.

Pierre Branlante du Grand Jardin ou de la Cornetière, Avrillé

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Mégalithes
Pierres de Bel Air, Avrillé

Ces menhirs, un peu en vrac, étaient au nombre de quatre et ont été détruits pour construire la route entre Avrillé et Talmont Saint Hilaire.

Ils se trouvaient près du hameau de Bel-Air, à la sortie du village d'Avrillé et presque en face du château de la Guignardière.

Ils n'ont jamais été classés comme la plupart des menhirs d'Avrillé en 1889 mais un photographe a eu la bonne idée d'en faire un cliché avant leur destruction.

Ils pesaient entre quinze et dix-huit tonnes. D'après une autre version, trois auraient servi à la construction de la jetée des Sables d'Olonne, le dernier à la construction d'un moulin lui aussi disparu ! Mais au final, dans les deux cas, des idiots les ont faits disparaître !

Voir les commentaires

A lire

Compilation et recherches sur les mégalithes, dolmens, menhirs, tumuli, pierres branlantes, pierres à légendes, curiosités naturelles... de Poitou-Charentes, départements avoisinants et côté atlantique. Contient des débuts d'inventaires de Lanternes des Morts et des Croix Hosannières.

Les listes des monuments que vous trouverez dans ce blog ne sont pas exhaustives. Elles sont faites en fonction des visites et/ou des recherches que j'ai effectuées.

Le terme Mégalithes se rapporte plus aux monuments du néolithique cependant mon blog et mes listes englobent d'autres pierres de différentes époques mais aussi naturelles.


Merci de votre compréhension

Liste des dolmens de Charente-Maritime dont je suis en cours de recherches ou en attente de visite :

- Angoulins
- Archiac
- Ardillières 3 (dolmen de la Trompette)
- Bédenac
- Loire-les-Marais
- Matha
- Médis
- Moragne
- Saint-Germain-de-Marencennes
- Saint-Thomas-de-Conac
- Trizay

Contact

Bibliographie

Lanternes des Morts
Croix Hosannières
Tombes d'archéologue
Mégalithes de Bretagne (22, 29, 35, 56)
Mégalithes de l'Allier (03)
Mégalithes de l'Ardèche (07)
Mégalithes de l'Aube (10)
Mégalithes de l'Aude (11)
Mégalithes de l'Aveyron (12)
Mégalithes de Charente (16)
Mégalithes de Charente-Maritime (17)
Mégalithes de Corrèze (19)
Mégalithes de Creuse (23)
Mégalithes de Dordogne (24)
Mégalithes d'Eure-et-Loir (28)
Mégalithes de Gironde (33)
Mégalithes de l'Hérault (34)
Mégalithes d'Indre (36)
Mégalithes d'Indre-et-Loire (37)
Mégalithes des Landes (40)
Mégalithes du Loir-et-Cher (41)
Mégalithes de Haute-Loire (43)
Mégalithes de Loire-Atlantique (44)
Mégalithes du Loiret (45)
Mégalithes du Lot (46)
Mégalithes du Lot-et-Garonne (47)
Mégalithes du Maine-et-Loire (49)
Mégalithes de l'Orne (61)
Mégalithes des Pyrénées-Atlantiques (64)
Mégalithes de la Sarthe (72)
Mégalithes des Deux-Sèvres (79)
Mégalithes du Tarn-et-Garonne (82)
Mégalithes de Vendée (85)
Mégalithes de Vienne (86)
Mégalithes de Haute-Vienne (87)




 

 

 

 

 

Locations of Site Visitors

Articles récents

Dernières News Mégalithiques

J'ai retrouvé la Galoche de Gargantua située primitivement à Dolus-d'Oléron. A lire ici


 

Hébergé par Overblog