Mégalithes de légende

Mégalithes de légende

Monuments mégalithiques, dolmens, menhirs, mégalithes...

Articles avec #tumulus catégorie

Publié le par Rubis
Publié dans : #Dolmens, #Tumulus

Scanné de l’Inventaire des mégalithes de la France Deux-Sèvres par Georges Germond

Le Champ des Chirons est une large parcelle de terre qui abordait la forme d'un triangle. A une de ses extrémités, se situait une ferme très ancienne et à une autre, une maison dont la construction remonte à moins de cent ans.

En 1865, s'y dressaient une quinzaine de tombelles fouillées cette année-là. Y furent découverts fibule en cuivre, vase ansé et métal.

Une tombelle attira particulièrement l'attention par son aspect un peu néolithique. Elle n'avait jamais été ouverte. Une énorme pierre de chant formé le côté d'une chambre. A l'intérieur, se trouvaient deux personnes de sexe indéterminé de douze à quinze ans, les débris informes d'un troisième sujet et les restes d'un homme. Ils étaient assis dos au mur.

La chambre mesurait un mètre trente de haut, quatre-vingt-dix centimètres de large et soixante-quinze centimètres d'épaisseur.

Les mensurations extérieures étaient de deux mètres cinquante de haut et un mètre cinquante de large.

La chambre était séparée des parois de la tombelle par une couche de terre rouge.

Y fut seulement découverte une dent de sanglie polie, striée de deux trous et aujourd'hui disparue.

L'ensemble des tombelles a été détruit par la suite mais des pierres semblent avoir été déposées à l'ancienne ferme et une pierre solitaire marque l'entrée d'une propriété dans une autre rue.

Le Champ des Chirons s'étendait sur cette immense parcelle de terrain.

Lors des fouilles et donc de la destruction des tombelles du Champ des Chirons, de nombreuses pierres ont été transportées à la ferme jouxtant la parcelle dudit Champ des Chirons.

Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne

Les dalles appuyées contre un mur de la vieille ferme ressemble étrangement au dessin...

D'autres encore ont servi de bornes, de pivots d'entrée ou encore simplement de décoration devant les murs des maisons anciennes.

Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne

Les autres enfin ont été repoussées aux extrémités et dans les haies longeant l'immense parcelle du Champ des Chirons.

Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne
Le Champ des Chirons, Chef-Boutonne

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Tumulus, #Menhirs, #Pierres-bornes

Non classés MH (mais qu'attendent-ils ?), la Borne de la Brassée-aux-Chats et le tumulus d'à côté, sur la commune de Vernoux-sur-Boutonne, se dressent tous deux en bordure de la D740.

La pierre mesure un mètre vingt-cinq de haut, quatre-vingt-dix centimètres de long et quarante-quatre centimètres de large.

Sa base est en forme de rectangle et son tronc est en forme de pyramide.

A son sommet, a été creusée une cuvette.

Elle se dresse à l'extrémité d'un tumulus.

Elle ressemble énormément à ces pierres que l'on peut encore trouver à l'entrée des champs qui servaient de pivots à des barrières rustiques.

La légende raconte que les chats des environs se réunissent les soirs de Mardi-Gras. Ils mangent des crêpes autour de la Borne et malheur à celui qui viendra déranger leur festin.

Le tumulus mesure un mètre de haut et de huit à neuf mètres de long.

Borne de la Brassée-aux-Chats et tumulus d'à côté, Vernoux-sur-Boutonne (79)
Borne de la Brassée-aux-Chats et tumulus d'à côté, Vernoux-sur-Boutonne (79)
Borne de la Brassée-aux-Chats et tumulus d'à côté, Vernoux-sur-Boutonne (79)
Borne de la Brassée-aux-Chats et tumulus d'à côté, Vernoux-sur-Boutonne (79)
Borne de la Brassée-aux-Chats et tumulus d'à côté, Vernoux-sur-Boutonne (79)

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Tumulus, #Dolmens

Les tumuli de Thorigny et dolmens E1 et E2 de l'Espérance, sur la commune de Baccon, se déployaient non loin des fermes de l'Espérance et de Montournois et dans les bois de Raubardeau et de Fontaine.

La première photo montre en second plan le bois de Fontaine où s'élevaient presque la moitié des monuments et en premier plan, soit un des tumuli, soit les pierres de plusieurs de ces tumuli entassées par les agriculteurs.

Trois tumuli étaient situés dans un triangle formé par les fermes de Prenay, des Blanchets et de Montournois. Deux avaient disparu en 1953. Lors de mon passage sur la commune de Baccon, je n'ai pas vu le troisième enfoui dans une sapinière. Il n'y avait pas de sapinière sur le chemin de Boyne, je n'ose imaginer le sort réservé à ce survivant du trio.

Entre Montournois et le bois de Fontaine, une soixantainte de tumuli avait été repérée. Certains dataient de l'Âge de Fer, d'autres de l'Âge de Bronze, d'autres encore étaient néolithiques.

En 1953, les tumuli numérotés de 1 à 3 étaient encore intacts. Ils étaient situés à une des deux extrémités donnés à ce groupe, en haut d'un plateau surplombant la vallée sèche. Le numéro 3 était le plus éloigné.

Les numéros 4 et 5 étaient situés à six cents cinquante mètres au sud-est de Montournois, en face d'un grand bois traversé par la vallée sèche. Ils étaient aussi intacts en 1953.

Le numéro 6 était surnommé tumulus Razy (du nom de son propriétaire, conseiller à la Cour des Comptes). Il était situé à environ huit cents mètres au sud-est de Montournois, à la corne ouest d'un petit bois de pins. Il mesurait quinze mètres de diamètre et un mètre vingt-cinq de haut. Fouillé et entamé en 1913, on y a découvert un squelette, trois bracelets de bronze (donnés au musée de Blois mais récupérés par leur propriétaire), des poteries rougeâtres grossières. Le squelette avait un morceau de charbon déposé dans sa mâchoire et était entouré d'une ligne de charbons. Ce tumulus a été daté de l'Âge de Fer et même de celui du Bronze. Il n'avait rien de néolithique.

Les tumuli numérotés de 7 à 10 étaient situés à l'est du petit bois de pins (celui du tumulus numéro 6). Ils étaient situés à moins de cent mètres des uns des autres. Le numéro 7 a été sondé en tranchée transversale pour une fouille qui n'a découvert aucun mobilier. C'était en septembre 1947. Le numéro 8 était le tumulus qui entourait le dolmen de la Mouïse ou E2 de l'Espérance. Le numéro 9 mesurait douze mètres de diamètre et quatre-vingt centimètres de haut. Fouillé en septembre 1947, y furent découverts des ossements disséminés, une pointe de flèche en silex. A environ cinquante centimètres de profondeur, fut dégagé un mélange de terre et de pierrailles couché sur un lit de grosses pierres mesurant vingt centimètres d'épaisseur. On ne sait rien du tumulus 10. 

Les tumuli numérotés de 11 à 14 étaient situés près de la ferme de Gléneau. Ils étaient intacts en 1953 mais ne semblaient pas avoir été fouillés.

Les tumuli numérotés de 14bis à 19 étaient situés entre le chemin rejoignant Thorigny à Montournois et près du confluent des deux bras de la vallée. Ils étaient encore visibles en 1953 mais déjà fortement arasés.

Le tumulus numéroté 20 était situé au nord d'une petite carrière qui s'était installée là. Il avait déjà disparu dans les tréfonds de la carrière en 1953.

Le tumulus 21 se situe toujours dans le bois Raubardeau (nom d'un propriétaire en 1898). Il a été enregistré comme tumulus 10 de Thorigny et classé MH. Il mesure vingt mètres de diamètre et deux mètres de haut. Fouillé par son propriétaire, y furent découverts trois cercles de bronze, probablement des colliers ou des bracelets, de cuivre rouge et tous les trois brisés. Le propriétaire les jeta en pensant qu'ils n'avaient aucune valeur. Ces objets indiquent toutefois que le tumulus n'était pas d'âge néolithique.

Le tumulus numéroté 22 était traversé par le chemin de Montournois allant à Fontaine. Il était intact en 1953.

Le tumulus numéroté 23 était intact en 1953 et n'était pas dans le Bois de Fontaine. Probablement, le tas de pierres que j'ai photographié (voire plus bas dans les photos de cette fiche).

Le tumulus numéroté 24 est aussi appelé la Butte de la Vierge et je dois bien avouer que je ne suis pas allée aussi loin pour vérifier son existence et prendre quelques photos. La Butte de la Vierge était le tumulus le plus élevé de tout l'ensemble. Il mesurait encore en 1953 dix-huit mètres de diamètre et trois mètres de haut. Il fut fouillé une première fois en 1837 par son propriétaire, le comte de la Touanne (habitant le château voisin portant le nom de son propriétaire). Il y fut découvert deux bracelets en bronze offerts au musée d'Orléans et disparus depuis. Après cette date, d'autres fouilles se sont succédées et y furent découverts une hache celtique, des ossements, des fragments d'armes, des mâchoires de petits animaux rongeurs...

Le tumulus numéroté 25 se situait à cent quarante mètres au sud-est de la Butte de la Vierge. Il mesurait treize mètres de diamètre et trois mètres de haut. Il ne semblait pas avoir été touché.

Le tumulus numéroté 26 se situait entre le Bois de Fontaine et le village de Fontaine. Il était à cent soixante mètres avant le bois. Il mesurait vingt-quatre mètres de long, douze mètres de large et un mètre de haut. Y furent découverts un collier en bronze, des ossements humains et d'animaux, une lame plate de silex blanc, des fragments de poterie, un poinçon poli, éclats de silex... Le tumulus était constitué de pierrailles calcaires.

Le tumulus numéroté 27 se situait à cent mètres à l'est du 26. Y furent découverts de rares ossements et des morceaux de poterie.

Le tumulus numéroté 28 se situait à cent mètres au nord du 27. On le remarquait à la corne de deux murets qui se rejoignaient à angle droit.

Les tumuli numérotés 29 à 32 se situaient le long du chemin allant de Gléneau à Fontaines. Ils étaient encore visibles en 1953 mais faiblement élevés. Ils semblaient intacts.

Le tumulus numéroté 33 se situait à deux cents mètres au nord du même chemin que les 29 à 32 et à cent mètres à l'est de la lisière d'un bois. Il émergaient faiblement au dessus des terres.

Entre tous ces tumuli, les archéologues, historiens et autres fouilleurs sans distinction remarquèrent la présence de murets ou murées, constitué(e)s de pierrailles. Ces tous petits murs sont peu élevés mais très nets. Ils sont si peu élevés qu'on ne peut y voir des murets de défense. A quoi servaient-ils vraiment ?

Autour du dolmen de la Mouïse ou E2 de l'Espérance, existaient encore à une époque trois autres dolmens. 

Le dolmen de l'Espérance se situait à deux cents cinquante mètres au nord - nord-est de la petite maison ayant donné son nom au groupe des dolmens. Cette maison existe toujours malgré l'extension de la carrière.  Il était encore entouré de son tumulus en 1953 mais enfoui sous la végétation. Les orthostates étaient encore en place mais la table n'existait plus. Aujourd'hui, la structure a totalement disparu. De septembre 1950 à mai 1952, y furent découverts dents humaines, grattoir en silex, fragments d'os et de poterie, un gros clou de fer rouillé, un petit fragment de bracelet en bronze, une moitié de poignard en silex, une perle plate perforée en os, une extrémité de poinçon en os poli, une pointe de lance de fer, une canine de renard percée, un silex taillé, un fragment de couteau en fer rouillé.
L'orthostate A était enfoncé de soixante centimètres sous la terre du tumulus. Il reposait encore sur le sol primitif. Le fond de la chambre était formé d'un dallage de petits blocs plats. Ce dolmen avait été vraisemblablement ouvert à l'Âge de Bronze et à l'époque romaine. Pour quelle raison ? Pour piller les trésors ou pour servir de sépulture ?

Le dolmen E1 de l'Espérance se situait à cent mètres au nord-ouest du dolmen de la Mouïse, à la lisière d'un petit bois de pins (dont il reste quelques survivants). Les vestiges de ce dolmen font certainement partie des photos que j'ai prises (à voir plus bas). Y furent découverts des fragments de poterie. Les orthostates étaient encore en place en 1953 mais la table avait déjà disparu.

Le dolmen E3 de l'Espérance se situait non loin du tumulus 17. En 1953, il ne restait qu'une dalle mobile reposant sur quelques blocs. Ce dolmen a complétement disparu dans l'extension de la carrière.

Aujourd'hui, la commune a préféré donner son accord pour l'extension d'une carrière engloutissant la moitié des monuments, même si certains avaient déjà été détruits ou bien endommagés depuis le dix-neuvième siècle ou l'année 1953 (date de la publication du rapport de l'abbé André Nouel, cité en source).

Source : https://www.persee.fr/docAsPDF/bspf_0249-7638_1953_num_50_11_5140.pdf

Le bois Raubardeau contient le tumulus numéroté 21 mais classé MH comme tumulus n° 10 de Thorigny. Le tumulus date de l'Âge de Fer et de l'Âge de Bronze. S'il est possible d'en apercevoir les contours, il n'est pas possible de s'enfoncer plus profondément dans le bois impraticable (photo précédente et suivante).

Tumuli de Thorigny et dolmens E1 et E2 de l'Espérance, Baccon

Le Bois de Fontaine a vu bon nombre de ses tumuli disparaître avant 1953. (une photo)

Le tumulus 23 est encore visible entre le Bois Raubardeau et le Bois de Fontaine (plus près de ce dernier). Il semble que des pierres aient été déposées sur lui. (photo précédente et les sept suivantes).

Tumuli de Thorigny et dolmens E1 et E2 de l'Espérance, Baccon
Tumuli de Thorigny et dolmens E1 et E2 de l'Espérance, Baccon
Tumuli de Thorigny et dolmens E1 et E2 de l'Espérance, Baccon
Tumuli de Thorigny et dolmens E1 et E2 de l'Espérance, Baccon
Tumuli de Thorigny et dolmens E1 et E2 de l'Espérance, Baccon
Tumuli de Thorigny et dolmens E1 et E2 de l'Espérance, Baccon
Tumuli de Thorigny et dolmens E1 et E2 de l'Espérance, Baccon

En 1953, les orthostates du dolmen E1 de l'Espérance étaient encore debout mais semble avoir été bousculés depuis. (une photo)

Non loin du dolmen E1 de l'Espérance, gisent çà et là des grosses pierres qui peuvent être des vestiges des tumuli disparus ou les pierres du dolmen E3 de l'Espérance déposés là. (photos précédente et suivantes).

Tumuli de Thorigny et dolmens E1 et E2 de l'Espérance, Baccon
Tumuli de Thorigny et dolmens E1 et E2 de l'Espérance, Baccon
Tumuli de Thorigny et dolmens E1 et E2 de l'Espérance, Baccon
Tumuli de Thorigny et dolmens E1 et E2 de l'Espérance, Baccon

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Tumulus

Non classés MH (mais qu'attendent-ils ?), les tumuli des Danges, sur la commune de Sublaines, ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes.

Ils semblent dater du huitième siècle avant J.C et son distants l'un de l'autre de cent quatre-vingt mètres.

Le plus grand des deux tumuli voit sa limite s'arrêter par un mur de pierres sèches.

De la céramique avec un dessin de char a été découverte.

Aujourd'hui, une des chambres ou un couloir sert de dépotoir.

Tumuli des Danges, Sublaines
Tumuli des Danges, Sublaines
Tumuli des Danges, Sublaines
Tumuli des Danges, Sublaines
Tumuli des Danges, Sublaines
Tumuli des Danges, Sublaines

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Tumulus, #Tombelles

Non classé MH, la tombelle ou chiron de Bars, sur la commune de Saint-Martin-l'Ars, se situe à deux cents mètres au nord-est des deux dolmens de Villaigue.

Au moment des fouilles menées vers 1864, le tertre mesurait de vingt à vingt-cinqt mètres de circonférence et trois mètres de haut.

Des ossements humains avaient été déposés dans un tombeau formé par des pierres plates placées à l'horizontale et d'autres de chant. L'ensemble était recouvert de pierres et de terre. 

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Tumulus

Inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel, le tumulus de la Côte du Cayron, sur la commune de Cantois, a été beaucoup arasé depuis des siècles.

Il ne semble pas avoir fouillée, à peine étudié.

Tumulus de la Côte du Cayron, Cantois

Sur place, on remarque quelques pierres.

Tumulus de la Côte du Cayron, Cantois

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Tumulus

Le dolmen sous tumulus de Membrolles, sur la commune de Beauce-la-Romaine, se trouve à six cents cinquante mètres au nord des dolmens des Pierres de Gargantua et à deux cents mètres au sud du dolmen de la Rousselière, à côté d'un bois et près d'un carrefour de chemins de terre.

Le chemin des Moines passe dessus et il s'est arasé au fil des siècles et des passages !

Il n'a jamais été fouillé et c'est dommage.

Dolmen sous tumulus de Membrolles, Beauce-la-Romaine

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Tumulus

Non classé MH (mais qu'attendent-ils ?), le tumulus de Nouverteils ou de la Pierre Pèse ou de la Pierre Péze ou de Russell ou des Américains, sur la commune de Limalonges, se trouve tout près de la Pierre Pèse.

Le tumulus fait un diamètre de vingt-six mètres trente. Il mesure un mètre cinquante de haut.

Il est principalement composé de pierres blanches plates composées de calcaire.

A l'intérieur, les fouilles menées par Russell ont révélé un dolmen ruiné en forme de T recouvert de pierrailles. 

La table n'est plus en place. Selon Lièvre, elle aurai été emportée dans un village voisin afin de servir de timbre !

Trois orthostates forment le fond, un au nord et deux au sud.

A l'ouest, se tient un orthostate débordant au nord sur une dalle du fond.

A l'ouest, se trouvent trois petits orthostates dont l'un est renversé.

La chambre délimitée par toutes ces dalles mesurent quatre mètres soixante de long et deux mètres vingt de large.

Le sol de la chambre est à cinquante ou soixante centimètres en dessous du sol en place !

Près de l'extrémité sud de la chambre,un couloir ouvert à l'est y aboutit. La paroi sud du couloir n'existe plus tandis qu'une autre paroi est composée d'une dalle longue d'un mètre trente de long et haute de trente centimètres et d'un mur de pierres sèches. La base de ce mur de pierres sèches se voit facilement au sol.

Afin d'accéder au centre de la structure lors des fouilles, deux tranchées sont creusées de la périphérie vers le centre. La première est creusée sud-sud.ouest/nord-nord.est. La seconde, nord-ouest/nord-nord.est.

Un mur de pierres sèches traverse le fond de la première tranchée. Il se trouve à quatre mètres vingt du bord.

Un autre mur ne dépasse pas cinquante centimètres de long et se trouve à neuf mètres vingt de ce même bord. Certains pensent qu'il s'agit d'un caisson.

Au centre du monument, se trouve une fosse ovale. Le grand axe de cette fosse direction ouest/est mesure quatre mètres soixante. Le petit axe direction nord/sud mesure un mètre quatre-vingt. La fosse est creusée dans la pierre calcaire à une profondeur d'un mètre vingt.

On trouve à l'extrémité de la fosse, un trou. Celui-ci mesure quatre-vingt-dix centimètres de long et un mètre cinquante de haut. Il a été creusé encore plus profondément que la fosse.

La fosse est entourée à certains endroits de murets de pierres semi-circulaires. Ils se rejoignent à l'extrémité ouest de la fosse.

Les fouilles ont éparpillé partout l'appareillage du tumulus.

Aujourd'hui, il n'est pas possible d'atteindre la partie intéressante car étouffée dans une végétation épaisse et drue même en plein hiver.

Ont été trouvés parmi les différentes fouilles, fragments d'os et de tessons, une brique datant de l'Age de fer, os en désordre de onze individus au moins, pointes de flèches, grattoirs, hache polie, perle en pierre verte, lames de silex, disque percé en pierre calcaire, poinçons en os, anneau de fer, tête de clou, un pot entier, grattoir de fer à cheval, couteau à dos retouché, manche en corne, plaque de schiste, écuelle à fond rond...

Tumulus de Nouverteils ou de la Pierre Pèse ou de la Pierre Péze ou de Russell ou des Américains, Limalonges
Tumulus de Nouverteils ou de la Pierre Pèse ou de la Pierre Péze ou de Russell ou des Américains, Limalonges
Tumulus de Nouverteils ou de la Pierre Pèse ou de la Pierre Péze ou de Russell ou des Américains, Limalonges
Tumulus de Nouverteils ou de la Pierre Pèse ou de la Pierre Péze ou de Russell ou des Américains, Limalonges
Tumulus de Nouverteils ou de la Pierre Pèse ou de la Pierre Péze ou de Russell ou des Américains, Limalonges
Tumulus de Nouverteils ou de la Pierre Pèse ou de la Pierre Péze ou de Russell ou des Américains, Limalonges
Tumulus de Nouverteils ou de la Pierre Pèse ou de la Pierre Péze ou de Russell ou des Américains, Limalonges

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Tumulus

Non classé MH, le tumulus du Bois-Joubert, sur la commune de Donges, est depuis longtemps l'ombre de lui-même !

Le tumulus mesurait vingt mètres de diamètre et deux mètres cinquante de haut.

A une époque, il fut coupé en deux pour égaliser deux parcelles. On pouvait y apercevoir deux pierres, l'une debout mesurant un mètre seize de haut et l'autre couchée mesurant un mètre cinquante-trois de long.

Plusieurs dolmens à l'intérieur semblent avoir été observés avant la destruction du tumulus.

Non loin du tumulus du Bois-Joubert, deux autres monuments se trouvaient dans son voisinage : le probable dolmen de la Petite Pierre et les menhirs de la Grosse Pierre (certainement disparus).

Tumulus du Bois-Joubert, Donges
Tumulus du Bois-Joubert, Donges
Tumulus du Bois-Joubert, Donges
Tumulus du Bois-Joubert, Donges
Tumulus du Bois-Joubert, Donges
Tumulus du Bois-Joubert, Donges
Tumulus du Bois-Joubert, Donges
Tumulus du Bois-Joubert, Donges
Tumulus du Bois-Joubert, Donges

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Tumulus

Situé non loin de la fontaine de Bonnefon, considérée comme certains comme la source de la rivière Dropt, le tumulus de la Motasse, sur la commune de Capdrot, est bien étrange.

De grosses pierres ou fragments de pierres ont l'air posé sur une base rocheuse ronde de vingt mètres de diamètre à peu près et recouverte d'arbres.

Le site est impressionnant et très beau mais on ignore si son origine est néolithique ou non.

Tumulus de la Motasse, Capdrot
Tumulus de la Motasse, Capdrot
Tumulus de la Motasse, Capdrot
Tumulus de la Motasse, Capdrot
Tumulus de la Motasse, Capdrot
Tumulus de la Motasse, Capdrot
Tumulus de la Motasse, Capdrot
Tumulus de la Motasse, Capdrot
Tumulus de la Motasse, Capdrot
Tumulus de la Motasse, Capdrot

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Tumulus

Situé à quelques mètres seulement du dolmen de l'Antre des Fades ou des Granges, le tumulus des Granges, sur la commune de Bénévent l'Abbaye, a été vraiment remarqué il y moins d'une vingtaine d'années.

Il fait vingt mètres de diamètre.

A son sommet, de nombreuses pierres sont apparentes.

Tumulus des Granges, Bénévent l'Abbaye
Tumulus des Granges, Bénévent l'Abbaye
Tumulus des Granges, Bénévent l'Abbaye

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Tumulus

Non classé MH (mais qu'attendent-ils ?), le tumulus du Puy Taillé ou de la Motte de Puytaillé, sur la commune d'Assais-les-Jumeaux offre sa superbe silhouette sur un horizon plat à l'infini.

Le tumulus mesure cent quarante mètres de long et cinquante mètres de large. Sa hauteur varie de treize à huit mètres.

Il semble bien dater de l'époque néolithique.

Ses trois bosses font penser qu'il y aurait trois dolmens.

Le tumulus contiendrait un mur circulaire de pierres sèches ainsi que de nombreux autres murs qui semblent séparer les différentes chambres.

Il a été fouillé à de nombreuses reprises et on y a découvert du charbon, débris d'ossements, objets de silex, clou de chariot, pierre de granit bleu, tessons de poterie..

Les prochains fouilleurs y trouveront sûrement une parie de sabots de bois laissés par un fouilleur qui a échappé à un éboulement.

Il a servi de point de vue pour le duc d'Anjou sur la bataille de Moncontour !

En 1885, on a observé à côté du tumulus un trou de cinquante mètres de long et un mètre cinquante de profondeur creusé dans un rocher. Au fond, se trouvaient des cendres. Le trou a été rebouché depuis et on ignore actuellement son emplacement sauf si on retrouvait de vieux textes de rapport de fouilles !

Tumulus du Puy Taillé ou la Motte de Puytaillé, Assais-les-Jumeaux
Tumulus du Puy Taillé ou la Motte de Puytaillé, Assais-les-Jumeaux
Tumulus du Puy Taillé ou la Motte de Puytaillé, Assais-les-Jumeaux
Tumulus du Puy Taillé ou la Motte de Puytaillé, Assais-les-Jumeaux
Tumulus du Puy Taillé ou la Motte de Puytaillé, Assais-les-Jumeaux
Tumulus du Puy Taillé ou la Motte de Puytaillé, Assais-les-Jumeaux
Tumulus du Puy Taillé ou la Motte de Puytaillé, Assais-les-Jumeaux
Tumulus du Puy Taillé ou la Motte de Puytaillé, Assais-les-Jumeaux
Tumulus du Puy Taillé ou la Motte de Puytaillé, Assais-les-Jumeaux
Tumulus du Puy Taillé ou la Motte de Puytaillé, Assais-les-Jumeaux
Tumulus du Puy Taillé ou la Motte de Puytaillé, Assais-les-Jumeaux

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Tumulus, #Dolmens

Non classé MH (mais qu'attendent-ils ?), le dolmen de la Roche ou de Revin, sur la commune de Donges, n'est plus que l'ombre de lui- même.

De grosses pierres gisent sur une butte, qui semble être les restes d'un tumulus.

Le site a été particulièrement manipulé et dégradé vue la position des pierres !

Dolmen de la Roche ou de Revin, Donges

Voir les commentaires

Publié le par Rubis
Publié dans : #Tumulus

Non classé MH, le tumulus de Hêlé, sur la commune de Donges, n'est peut-être pas un tumulus ou n'est peut-être pas néolithique.

Situées à seulement deux cents cinquante mètres des deux menhirs du Hêlé, ces grosses pierres posées sur une butte et malheureusement accolées à une entreprise, amène la question : et si c'était un tumulus ?

Un sondage réalisé par des archéologues validerait ou non l'hypothèse.

Tumulus de Hêlé, Donges
Tumulus de Hêlé, Donges
Tumulus de Hêlé, Donges

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>

A lire

Compilation et recherches sur les mégalithes, dolmens, menhirs, tumuli, pierres branlantes, pierres à légendes, curiosités naturelles... de Poitou-Charentes, départements avoisinants et côté atlantique. Contient des débuts d'inventaires de Lanternes des Morts et des Croix Hosannières.

Les listes des monuments que vous trouverez dans ce blog ne sont pas exhaustives. Elles sont faites en fonction des visites et/ou des recherches que j'ai effectuées.

Le terme Mégalithes se rapporte plus aux monuments du néolithique cependant mon blog et mes listes englobent d'autres pierres de différentes époques mais aussi naturelles.


Merci de votre compréhension

Liste des dolmens de Charente-Maritime dont je suis en cours de recherches ou en attente de visite :

- Angoulins
- Archiac
- Ardillières 3 (dolmen de la Trompette)
- Bédenac
- Loire-les-Marais
- Matha
- Médis
- Moragne
- Saint-Germain-de-Marencennes
- Saint-Thomas-de-Conac
- Trizay

Contact

Bibliographie

Lanternes des Morts
Croix Hosannières
Tombes d'archéologue
Mégalithes de Bretagne (22, 29, 35, 56)
Mégalithes de l'Allier (03)
Mégalithes de l'Ardèche (07)
Mégalithes de l'Aube (10)
Mégalithes de l'Aude (11)
Mégalithes de l'Aveyron (12)
Mégalithes de Charente (16)
Mégalithes de Charente-Maritime (17)
Mégalithes de Corrèze (19)
Mégalithes de Creuse (23)
Mégalithes de Dordogne (24)
Mégalithes d'Eure-et-Loir (28)
Mégalithes de Gironde (33)
Mégalithes de l'Hérault (34)
Mégalithes d'Indre (36)
Mégalithes d'Indre-et-Loire (37)
Mégalithes des Landes (40)
Mégalithes du Loir-et-Cher (41)
Mégalithes de Haute-Loire (43)
Mégalithes de Loire-Atlantique (44)
Mégalithes du Loiret (45)
Mégalithes du Lot (46)
Mégalithes du Lot-et-Garonne (47)
Mégalithes du Maine-et-Loire (49)
Mégalithes des Pyrénées-Atlantiques (64)
Mégalithes de la Sarthe (72)
Mégalithes des Deux-Sèvres (79)
Mégalithes du Tarn-et-Garonne (82)
Mégalithes de Vendée (85)
Mégalithes de Vienne (86)
Mégalithes de Haute-Vienne (87)




 

 

 

 

 

Locations of Site Visitors

Articles récents

Dernières News Mégalithiques

J'ai retrouvé la Galoche de Gargantua située primitivement à Dolus-d'Oléron. A lire ici


 

Hébergé par Overblog